Visitez la Réunion

Sample image

Imaginez une île avec un volcan en activité, un lagon magnifique, un sommet à plus de 3000 mètres, des espèces végétales endémiques...

 

 

 

 

Région par région

 

Saint-Denis et le nord

Entre marché colorés et cités HLM, Saint-Denis, le chef lieu de l'île, invite le visiteur à s'immerger dans le quotidien réunionnais. Une ville chargée de contrastes, cosmopolite et multicolore, à la fois française, indienne et africaine. Dans les hautes de Saint-Denis, les écarts permettent rapidement d'appréhender la montagne et de rejoindre de véritables sanctuaires à deux pas de l'agitation urbaine.

 

La côte au vent

Exposée à la houle et aux alizés, la côte est, humide et verdoyante, se prête à la culture de la canne à sucre et de la vanille.

A Saint-André, ville à vocation sucrière, vous trouverez les plus beau temples tamouls de l'île et les cérémonies religieuses les plus suivies. Dans les hauts de Saint-Benoît, pénétrez au pays des eaux vives jusqu'à la forêt de Ravenales. La route vers le Grand Sud conduit sur les pentes du volcan au pays du Grand Brûlé.

 

La côte sous le vent

Terre de prédilection des touristes, la côte ouest concentre la majorité des plages de lîle. Nonchalamment étendue le long de son immense plage de sable noir, Saint-Paul, la sous-préfecture, a conservé un charme colonial. Jusqu'à la Saline les Bains, la station balnéaire offre de magnifiques plages, dont celles de Boucan-Canot, l'Hermitage, Trou d'Eau...

Enfin, il serait dommage de négliger les Hauts de Saint-Gilles, où les plantations de canne et de géranium font place à la forêt à l'approche des crêtes. Encore plus haut, au delà des forêts de cryptomerias et de tamarins, le lieu dit du "Maïdo", offre une vision magique sur l'ensemble du cirque de Mafate.

 

Le Grand Sud

Saint-Pierre est la "capitale" du Sud. Dotée d'un aéroport désormais international, d'une plage au centre ville, d'un port récemment restructuré et d'un centre animé, Saint-Pierre cultive son identité de ville où il fait bon vivre.

Après Saint-Pierre, les façades des cases se font plus colorées et la végétation s'étoffe. On entre dans le "Sud sauvage", pays d'épices et de lave figée. Le village classé de l'Entre-Deux mérite largement une halte pour ses cases créoles typiques de la Réunion. Au Sud de Saint-Pierre, sous-préfecture commerçante, poussez jusqu'à la Plaine-des-Grègues, terroir du "safran péi". Pris entre une côte de lave déchiquetée et une forêt primaire préservée, la ville de Saint-Philippe est au bout de la région la plus australe de France.

 

Les Plaines


Crachin, vent glacé (en hiver), pâturages et chalets d'altitude, ce vaste couloir naturel entre les deux massifs réunionnais (piton des neiges et piton de la fournaise) donne une image originale des tropiques.

Sur la commune du Tampon, la Plaine des Cafres est une sorte de "Jura" tropical. C'est le pays de l'élevage.

Le Piton de la fournaise offre tout le mystère et la beaté minérale d'un volcan encore en activité mais que l'on peut approcher sans difficulté.

La forêt de Bébour-Bélouve est un trésor botanique recouvert d'une des plus luxuriantes forêts primaires de l'île et sillonné de nombreux sentiers pédestres.

 

Les Cirques

Disposés en feuille de trèfle autour du piton des Neiges, les trois grands cirques de l'île ont chacun leur personnalité.

Salazie est le plus ouvert et le plus cultivé. C'est en effet la capitale du célèbre chouchou, légume essentiel dans l'art culinaire réunionnais. Salazie, qui détient plusieurs records mondiaux de pluviométrie, développe et rationalise sa tradition agricole : élevage de porcs et volailles (spécialement à Grand-Ilet) ; culture de fruits (bananes, bibasses, agrumes...) et de légumes (en partculier le chouchou, emblème du cirque). Face au développement touristique, les Salaziens ont su jouer la carte de l'authenticité, prenant conscience de la valeur de leur mode de vie et de leur environnement.

Cilaos offre un décor minéral grandiose pour une ballade vers la Roche Merveilleuse et son point de vue sur l'ensemble du cirque, ou une randonnée au piton des Neiges. La commune se distingue par son dynamisme touristique et économique. Tout en gardant les pieds dans le terroir (production d'eau minérale gazeuse, de vin et de lentilles), Cilaos a su développer une image montagnarde qui luiu va bien et devenir un centre d'activités de pleine nature de tout premier plan : on trouve sur place des guides accompagnateurs, des loueurs de matériel et autres prestataires de service, ainsi qu'un réseau dense de circuits balisés en tous genres (randonnées pédestres ou VTT, voies d'escalade ou de canyoning équipées...).

A pied, au bout d'une corde de rappel ou attablé devant une cheminée... ces tropiques-là ont quelque chose d'insolite et de magnifique.

Mafate, le plus encaissé et le plus tourmenté des trois cirque, par les sentiers escarpés qui mènent aux îlets, ces hameaux d'irréductibles paysans vivant en marge de la modernité. Entouré de remparts inaccessibles et dominé par les plus hauts sommets du massif du piton des Neiges (le Gros Morne au sud, la Roche Ecrite au nord et le Grand Bénare à l'ouest), le fond du cirque apparaît comme un vaste chaos rocheux entaillé par les gorges profondes de la rivière des galets et de ses affluents, généralement à sec. Sur les replats, telles des îles sur une mer minérale, se détachent les toits en tôle des îlets. Malgré une apparente sécheresse, le cirque offer une assez grande diversité de terrains : les fonds des ravines arides contrastent avec les plataux fertiles plus exposés à la lumière, de même que la sauvage forêt de tamarins du plateau de Kerval face au gouffre rocheux des Trois Roches.

Mafate est accessible uniquement à pied par des sentiers, depuis Dos-d'Âne, Sans-Souci, le Maïdo, Cilaos (par le col du Taïbit) ou Salazie (par le col des Boeufs ou le sentier Scout). Il est conseillé de passer au moins une ou deux nuits sur place pour bien s'imprégner de l'atmosphère si singulière de ce cirque.

Contactez-nous

Réservez votre appartement